Hassan Tabar, Djamchid Chemiran, 2017 Paris

Un grand merci à Negar Ghosi pour les photos